samedi 12 mai 2018

Billet du jour : " La prostitution à travers la peinture "


La prostitution à travers la peinture
C’est au XIXe siècle que la prostitution atteint en France une ampleur jusqu’alors inégalée.
C’est aussi à la même période que les peintres modernes font leur apparition, oscillant entre impressionnisme, naturalisme, fauvisme ou expressionnisme. 
Autant de courants artistiques et pourtant un sujet commun : celui de la femme charnelle, de la femme plaisir, de la prostituée offerte. 
 "Dans le lit 1890"  Henri de Toulouse Lautrec
 Edwin Long 
"Le marché du mariage babylonien" 1870
 "Femmes à la terrasse d'un café" 
Edgar Degas 1877
 Johannes Vermeer "L'entremetteuse" 1632
 "L'attente"  d'Edgar Degas représentant une jeune danseuse et une ""mère"" 1882
" L'attente " Jean Béraud 1880
 "L'Entremetteuse" ou "La Vieille et le Jeune galant" Pietro Paolini 17ème siècle
 Paul-Émile Boutigny " Boule de suif " 1884
 "Répétition d'un ballet sur la scène"
Edgar Degas 1874 
 En arrière-plan  à droite  un abonné assiste à la répétition.
Toulouse Lautrec "
Salon de la rue des Moulins "1894 
"Loge dans la Sofiensaal" 
 "Sofiensaal"
Une demi-mondaine qui accoste un potentiel client.  Josef Engelhart 1903.

5 commentaires:

  1. dans le lit ils sont sagement endormis !

    RépondreSupprimer
  2. En ...effet le sujet est plus léger ;) :)
    Ayant une passion sans borne pour la peinture le billet m'a beaucoup plu .
    Aux rencontres frivoles et bon weekend
    Bises , Mitch
    Sacha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacha, bon week-end à toi aussi.
      Et pour quelqu'un qui se dit être dans le coma, je constate que tu as une belle conscience des sensations.
      Et,ho, tu te présentes comme une " nana"... attention, on nommaient des courtisanes "Nanas" .Voir le roman de Zola. Mais tu le sais.
      Et...ton regard, tes yeux, savent bien mettre en valeurs les magnifiques paysages de ta région.
      Moi aussi, jeunesse passant,j'ai des Grrrrr, bienvenue au club.
      Bises
      Mitch'

      Supprimer
  3. Pauvre Toulouse Lautrec !
    Les visages des entremetteuses sont particulièrement réussis, il faut dire que leur malignité toute tournée vers le profit donne des expressions intéressantes !

    RépondreSupprimer