samedi 21 avril 2018

Billet du jour: " Les jeunes filles en Inde "

Saumya Khandelwal a reçu le Getty Images Instagram Grant 2017 et le National Foundation of India Award 2017 pour son travail sur les jeunes mariées où elle passe du temps avec des filles qui ont été mariées trop jeunes. 
Privés de leur enfance et de leurs rêves, les adolescents sont confrontés aux réalités et aux répercussions du mariage précoce. 



Cette photo documente un mariage de mari d'enfants dans le village de Vadia, organisé par une ONG afin de sauver les filles du commerce de la vie. Dans les zones rurales de l'Inde, les jeunes filles de la communauté de Saraniya sont souvent contraintes de recourir à la prostitution pour subvenir aux besoins de leur famille, à moins qu'elles ne soient mariées en premier. 
Saumya Khandelwal 




7 commentaires:

  1. Ah! la "condition féminine", la majorité des femmes au monde vive des drames en silence...

    RépondreSupprimer
  2. "vit" serait mieux,pardonne moi, Tonton.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Ok... mon neurone Freudien n'avait pas saisi, bien vu docteur!

      Supprimer
  3. Triste état de faits !!! Heureusement qu'une ONG s'est saisi du problème !!!
    GROS BECS mon Tonton Mitch'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et das d'autres pays comme l'Afrique et pays Musulmans, c'est pareil... hélas. Oui merci aux ONG, mais cela ne suffit pas.
      Bises
      À lus
      Michel

      Supprimer
  4. Beau billet , malheureusement le mariage précoce chez ces jeunes filles n'est pas toujours le pire , les mauvais traitements sont leur lot quotidien certains " maris " vont jusqu'à les faire brûler vive en chine les bébés de sexe féminin abandonnés en pleine nature donc la mort assurée sans parler des pays musulmans ou la femme ..n'est..... rien :(
    Bises
    Sacha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, chère Sacha , quand j'ai fait des recherches pour ce billet, j'ai trouver ces modes d'horribles traitements sur les filles dans beaucoup d'autres pays, communautés,religieuses ou pas. Mais pour ne pas faire trop d’amalgames, car à chaque fois les "supplices" sont différents, je n'ai que choisi le cas de ces filles en Inde.
      Je ferai, plus tard d'autres billets.
      Mais entre-temps, je ferai des choses plus légères, promis, tu me connais.
      Toujours le plaisir de te lire.
      Mitch'

      Supprimer