mercredi 18 octobre 2017

Billet du jour: " Remember "

Ce remember est pour satisfaire la curiosité de quelques personnes :
Ma vie professionnelle qui m'a amené avoir plusieurs casquettes. Parmi l'une d'elles, j'ai travaillé auprès d'une amie qui était propriétaire d'un magasin de fleurs boulevard Saint-Germain à Paris. Pour des raisons intimes, elle se trouvait en difficulté de personnel et m'avait demandé de venir l'aider durant un court moment. Ce moment dura sept ans. Mon rôle, après quelques semaines d'adaptations, fut de faire les achats aux halles, de composer des bouquets, de faire des livraisons, d'aller décorer des appartements et de m'occuper de la comptabilité. Ce magasin, créé par son père en 1902, était le premier magasin à venir s'installer sur la rive gauche. La tradition des fleuristes de cette époque était de s'installer dans de beaux quartiers comme la rive droite, le 16e, l'Opéra, le 8 è. Le magasin se trouvait boulevard Saint-Germain, carrefour boulevard Raspail, rue du Bac, un quartier de ministères et de grandes sociétés. Comme nous étions également proche de Saint Germain des Prés et des cafés comme « le Flore », de nombreux artistes passaient et venaient souvent s'acheter des fleurs. Parfois ils nous demandaient de garnir des tables pour les soirées ou envoyer des compositions en remerciements après une apparition dans un film, théâtre ou autres cérémonies.
C'est ainsi que j'ai connu une liste assez longue de personnes célèbres comme Serge Gainsbourg, Jane Birkin et sa fillette Charlotte, que j'ai vu bébé, Carlos le chanteur, Catherine Deneuve et sa sœur, Truffaut, Michel Piccoli, Michel Morgan, Gérard Oury, Carole Bouquet, et même le gentil Paul Prébois, etc etc. Venaient également des hommes politiques comme Giscard d'Estaing, Couve de Murville, des écrivains comme Maurice Druon l'écrivain-académicien, de grands musiciens comme le pianiste Alexis Weissenberg, des imprésarios.
J'en arrive au pourquoi des interrogations de mes ami(e)s : parmi cet aréopage, il y avait Romain Gary et sa compagne, Jean Seberg. Ils demeuraient dans le quartier. Souvent, Romain Gary nous faisait porter des fleurs chez lui et aussi pour pour ses relations.
Quelquefois, pour un moment de repos, j'allais boire un café ou manger un sandwich au grand café du coin. Un jour, j'étais au comptoir à siroter mon petit noir, juste à côté de moi, Romain Gary et Jean Seberg bavardaient tout en consommant un café. Me reconnaissant, ils eurent la gentillesse d'échanger avec moi quelques mots. Ces quelques minutes furent suffisantes pour garnir le bouquet de mes agréables souvenirs. Hélas, cet échange se passa quelques mois avant leur divorce et le suicide de Jean Seberg ( Une terrible histoire ).
Grâce à ce métier, j'ai eu d'autres échanges personnels avec Maurice Druon, des architectes célèbres, comédiens, stars... mais ceci est une autre histoire.
Ils passaient... clic


3 commentaires:

  1. des rencontres qui impriment des souvenirs durables...
    Mon fleuriste était "Rond point de la Motte Picquet" je ne sais pas s'il se souvient de moi (rires)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était des amis
      Il n'y a plus personne à l'adresse indiquée... je sais les retrouver...au cimetière

      Supprimer