lundi 11 août 2014

Conte : La Fourmi Cornac




Au cœur de la chaude Tanzanie
Assoupie confortablement
Sur un balèze grisâtre éléphant
Rêvait une folle noire fourmi.
-« Du troupeau je suis la reine 
Inlassablement sous la cagnât
J’ai parcouru l’immense savane »
La frêle miniature ne savait pas
Que le balourd cherchait âme sœur.
Sous un immense arbre à saucisses
Le troupeau poussiéreux s’arrêta.
Là, croupe offerte, une ronde dulcinée.
Puissants sexuels barrissements d’amour
Le pachyderme, en furie, s’accoupla.
La morgue cornac eut beau s’accrocher
Secouée, l’orgueilleuse dégringola
Sur la sèche poudreuse terre se trouva.
Soupirs, frottements terminés
 Le maous troupeau  cahin-caha s’ébranla
Piétinée, prise sous les énormes pattes
Déchue, la risible mégalo fut écrasée
Cauchemar, utopisme fracassé
Voilà une bien triste réalité.

2 commentaires:

  1. Mot râle de cette tristoire (dont je soupçonne une certaine cigale d'en rigoler) :

    Bien mal tombée celle qui perd ses droits d'hauteur!

    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer