jeudi 1 août 2013

Poèmes: La Fleur

Elles étaient là, majestueuses
Pimpantes à souhait
Elles trônaient, mystérieuses
Sachant qu’elles attiraient


Les vieilles dames s’attendrissaient
Devant tant d’ampleur
Les vieux les convoitaient
Oubliant leurs douleurs

Redressant leurs multiples couleurs
Certaines de plaire, mais oui
Elles attendaient l’heure
D’être choisies, d’être cueillies

L’homme s’approcha et sourit
Parmi elles, il se promena
Chacune se voyait l’élue, ravie
Lui, simplement du regard les caressa

Elles accentuaient parures telles des geishas
Elles gonflaient leurs feuilles comme des poitrines
Inquiètes de le voir continuer ses pas
Pour la première fois elles faisaient vitrine

Alors l’homme se pencha vers une mousse mutine
Et d’entre les touffes drues et humides
Il cueillit une toute petite fleur câline
Qu’il porta devant son visage solide

La senteur enveloppa l’air limpide
L’amour de l’un exhalait de l’autre le parfum
Les délaissées comprenaient, maintenant timides
Que la vie se cache souvent dans un rien

MT


2 commentaires:

  1. "La vie se cache souvent dans un rien...
    Comme elle est profonde cette poésie !
    Merci beaucoup mon Tonton Mitch' pour ces mots si bien choisis.
    GROS BECS

    RépondreSupprimer
  2. un petit rien un grain de sel
    et la vie devient belle
    avec un poème une fleur
    des instants de bonheur

    RépondreSupprimer