jeudi 30 août 2012

Lucarne : Le strabisme



Quand la plus grande chaîne de télévision nationale prit la décision de faire un reportage sur les soudaines inondations qui se produisaient dans le Midi, le chef des infos s’adressa automatiquement à la météo locale. L’équipe arriva, trois personnes en tout : le responsable du centre, timide, ne voulut pas être interviewé, il se défaussa vers une autre personne qui, elle-même, déclina l’épreuve. Alors, pour en finir, chacun pensa à Pierrot, le dernier entré dans les lieux. Le jeune homme, bon gré mal gré, dû affronter les journalistes. 
Seulement voilà, notre Pierrot était affublé d’un terrible strabisme. Rien à faire, il fallait le reportage. L’interview commença, les sourires aussi, le cadreur n’arrivait pas à tenir droit sa caméra, le perchiste pouffait tellement que l’on entendait ses hoquets, la jeune journaliste ne trouvait plus ses mots. Un vrai calvaire pour tous, sauf pour Pierrot qui, avec son pauvre regard, ne voyait rien du tout. Il répondait gravement, sérieusement. Le choc, c’est quand le soir la séquence passa au journal de vingt heures. La France entière se tapait sur les cuisses croyant assister à une pièce de boulevard. 
Pierrot ne pu supporter le terrible affront. Il s’enferma dans son étroit studio et pleura durant des jours, des nuits. La douleur était telle que le liquide lacrymal se transforma en un pervers acide destructeur, obscurcissant petit à petit son regard jusqu’à une terrible cécité. 
Pire que les apocalyptiques intempéries, pire que les fracassants séismes naturels, c’est la lamentable risée humaine qui avait eu sa peau.

MT

9 commentaires:

  1. Quelle histoire !!! A pleurer de honte...
    GROS BECS mon Tonton Mitch'

    RépondreSupprimer
  2. C'est crétin et sadique de faire présenter un bulletin météo ( ou autre programme ) par une personne ayant " une coquetterie dans l'oeil la société est cruelle , je comprends mieux les ermites retirés sur leur colline ..
    Bon week-end l'ami :)
    Bises
    Sacha

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que c'est parfois déstabilisant. Mais pour avoir eu plusieurs élèves dans ce cas, on s'y fait très vite!!!

    RépondreSupprimer
  4. Pauvre homme! ... mais puisque l'histoire n'est pas totalement vraie, peux-tu nous proposer une autre fin ? Genre: il pleura des larmes tellement amères que cette brutale acidité, inondant ses yeux, les remit complètement à l'endroit. Depuis, il présente le 20 heures.
    C'était la minute: restons positifs !!!

    RépondreSupprimer
  5. J'vois bien le truc horrible..et ça ne m’étonnerait qu'a moitié ..le monde est tellement cruel ...
    mais je suis quand même soulagée que ça ne soit pas tout a fait vrai...c'est le petit plus qui là , a cet instant fait toute la différence..:)
    Bises a toi ..:)

    RépondreSupprimer
  6. Cruelle cette histoire, à pleurer de honte!
    Merci de ta visite Tonton Mitch et bonne chine...

    RépondreSupprimer
  7. Toujours pas de tableau de maître dans les puces?
    Merci de ta visite, je te souhaite une excellente semaine Sherlock!

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien la fin de l’histoire proposée par Solveig. Il faut bien rêver et, personnellement, je passe beaucoup de temps à ça.

    Roger

    RépondreSupprimer