jeudi 26 juillet 2012

Derrière la fenêtre



Elle marche les bras nus, les cheveux au vent
Dans l’aube naissante, dans la ville endormie
Elle marche les bras nus, comme ça, en chantant
Dans la rue lavée, sans aucun soucis

De sa fenêtre chaque matin
C’est toujours le même refrain
Rêvant derrière son rideau
Elle en bas, lui en haut
Elle insouciante, légère
Lui, pâle, ne sachant que faire

Elle marche les bras nus, le front en avant
Dans l’aube naissante, dans la ville endormie
Elle marche bras nus vers le soleil levant
Le pavé mouillé, les maisons adoucies

De sa fenêtre chaque matin
C’est toujours le même refrain
Il écoute ses pas, l’écho
Elle en bas, lui en haut
Elle belle comme rose trémière
Lui en silencieuse prière

Elle marche les bras nus, les cheveux au vent
Croyant être seule parmi les murs gris
Elle marche les bras nus sous les arbres bruissants
Marche t’elle vers une autre joie ?vers une autre vie ?

Derrière sa vitre chaque matin
Tremblant il regarde ses reins
Le déhanchement de son dos
Elle en bas, lui en haut
Lui au ciel, elle sur terre
Elle bras nus dans la lumière

De sa fenêtre chaque matin
C’est toujours le même refrain
Ombre grise derrière le rideau
Elle en bas, lui en haut
Lui au ciel, elle sur terre
Elle bras nus dans la lumière 

MT

Photo Gisèle Freund 

8 commentaires:

  1. Un poème sur la vie avec des hauts et des bas... et en étages...
    Très douce cette mélodie de la "solitude".
    GROS BECS mon Tonton Mitch'

    RépondreSupprimer
  2. Je suis toujours embêtée pour trouver des mots qui traduisent un ressenti ... mes
    mains restent bloquées au-dessus du clavier, je n'y arrive pas.
    Alors je vais faire simple : j'ai beaucoup aimé ton poème...

    RépondreSupprimer
  3. @ Annick49 :Alors,avec simplicité,merci de ton passage et de ton ressenti.
    C'est un joli cadeau.
    Bon W.End

    RépondreSupprimer
  4. C'est joli et un peu triste...on a presque mal pour lui ..:)
    Bises en passant Michel :)

    RépondreSupprimer
  5. @ clo :Oui ,je pense que, parfois ,la tristesse est un moteur d'inspiration plus puissant que la joie!
    Bise itou.
    Et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  6. Je vais te poser un commentaire qui va te sembler bien banal pour un si beau poème ( j'ai presque honte ...il semble ternir tes mots si beaux ) mais ...je ne suis vraiment pas douée pour écrire il n'en reste pas moins vrai que je suis admirative , j'aurais aimé qu'un jour on m' écrive de mots semblables aux tiens :)
    Pour la tristesse c'est une vérité de penser que c'est un puissant moteur pour se sortir les tripes et pour ainsi sublimer et faire naître ses " créations " , mais il ne faut pas en abuser , cela devient très vite une dépendance ou pire ..
    Bonne semaine Mitch
    ( comme d'hab je laisse ma copie à corriger :-)))
    Bonnes vacances
    Bises
    Sacha

    RépondreSupprimer
  7. @ Sacha:Tu as raison, il ne faut en aucun cas se complaire uniquement dans la tristesse ou autres noirs sentiments.
    Simplement j' ai remarqué que , dans la tristesse ,la peine,pour moi, les mots venaient avec plus d'intensité . Mais... crois moi ,le beau, les purs sentiments comme l'amour ,etc, sont aussi de bons moteurs. (*_*)
    Ah! : Pas de correction.
    Bonnes vacances pour toi et ton chéri!
    Bises
    M

    RépondreSupprimer