dimanche 3 juin 2012

Poèmes : La mère


Je l’ai vu, éperdue
Regard dans le vent
Laissé l’amant
Le cou tendu
Elle cherche l’enfant

Rien, plus rien ne l’atteint
Ni musiques langoureuses
Ni paroles prometteuses
La fleur de ses entrailles n’est plus en vue
Il joue dans le sable, insouciant
Il fait le sous-marin dans un fourré
Mettant le cœur radar en éveil
L’amour fil ne doit être coupé
Est-ce une tendre gazelle apeurée
Un oiseau perdu, égaré
Ce n’est qu’une mère affolée

Je  l’ai vu, éperdue
Regard dans le vent
Laissé l’amant
Le cou tendu
Elle cherche l’enfant

Chair éclose de sa chair
Cœur vivant de son cœur
Âme lutine de son âme
Elle tremble, s’inquiète, frémit, se lève, s’alerte
Éveillés clignotent tous les sens
Il a disparu, elle ne le voit plus
Il est dans sa bulle bleue, dans son monde
Il joue, mutin, dans sa fraîche ronde
Jonglant de rêves, sachant d’instinct
Qu ‘un bel ange madone le protège
Un ange au visage de mère

Je l’ai vu, éperdue
Regard dans le vent
Laissé l’amant
Le cou tendu
Elle cherche l’enfant

Elle est lionne aux aguets
Tamisés les mots doux
Un unique trésor compte
Blé d’or des champs, c’est la chère tête blonde
Féline, à bondir, elle est prête
Oublié les promesses, les baisers fous
Défaits rapides les doigts enlacés
La sombre crainte a tout rejeté
Jusque, enfin l’avoir repéré
La tempête cesse, la paix s’installe
La mère fauve redevient femme

Je l’ai vu, éperdue
Regard dans le vent
Laissé l’amant
Le cou tendu
Chercher l’enfant

M.T 
PS: Juste un rappel pour ce jour.

4 commentaires:

  1. Merci Tonton Mitch pour ce très bel hommage! Effectivement, il m'arrive régulièrement de me sentir lionne aux aguets...
    Bisous et très bon dimanche

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens très bien de ce poème Tonton que j'aime beaucoup, merci de l'avoir remis à l'honneur !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce merveilleux poème...
    J'étais justement ce week-end aux aguets... et tellement heureuse qu'il soit mien !!!
    GROS BECS mon tonton Mitch'

    RépondreSupprimer
  4. J'ai élevé quatre jeunes lionceaux ,enfin presque, ils ne sont pas encore partis vivre dans le grand monde ,et je crois que nous sommes toutes un peu lionne avec nos bambins ,petits ou grands ...
    Belle ode a la mere feline Michel..
    Bises et bonne soirée..:)

    RépondreSupprimer