dimanche 19 septembre 2010

Poème : Les Célibataires

                                                                                  
Humant, enviant les couples enlacés
Savourant a distance leurs baisers
La vie s’amuse, glisse sur leurs épaules
Le temps ennemi contourne leurs cœurs
Les amours s’enfuient avec les heures
Grandit  l’espoir, puis, furtif s’envole
Annonces, coins de rues, bals populaires
Thés dansants, bars glauques, cafés amers
Télés et coussins, chats et ronrons
Stagnent solitaires les célibataires
Rendez vous rapides, fugaces, obscurs
Fraîches idylles, ébauches d’aventures

Jeunes, vieux, ils sont hommes parmi les hommes
Blondes, brunes elles sont femmes parmi les femmes
Les célibataires sont d’autres flammes
D’autres portées, d’autres notes, d’autres gammes
Les célibataires sont des enfants
Les célibataires sont caressants

Pomponnées, paupières fardées, poudrées
Promesses, cols blancs, joues roses, hauts talons
Les têtes tournent, flonflons, accordéons
Perdues, elles rêvent  un moment enlacées
Eux timides amoureux cherchent des yeux
Dans la lumière noire la soie, la moire
Slows, tangos et rumbas, désespoirs
Soirées, petits fours, couples boiteux
Dimanches, repas,  ballades en voitures
Hôtels sordides, un lit, quatre murs
Le vide, le manque en eux est souffrir
L’autre est pour toujours en devenir

Jeunes, vieux, ils sont hommes parmi les hommes
Blondes, rousses, elles sont femmes parmi les femmes
Les célibataires sont d’autres flammes
D’autres portées, d’autres notes, d’autres gammes
Les célibataires sont des enfants
Les célibataires son caressants

 Leurs solitudes ne sont pas comprises
Surpris on les envie, ils séduisent
Chemins fous, destins, astrologie
Solos, duos, unions,  ironie
Parfois un  vœu, celui de chérir
Souvent une crainte, celle de mal vieillir
Salle de gym, sueur, ivresse du sport
Trouver de vrais amis, fuir le sort
Billets doux, horloges, plaisir des corps
Vous dansez, chantez, riez, alors ?
Alors rien, rien, Vénus les oublie
Pire, Eros jamais ne les choisis

Jeunes, vieux ils sont hommes parmi les hommes
Blanches, noires, elles sont femmes parmi les femmes
Les célibataires sont d’autres flammes
D’autres portées, d’autres notes, d’autres gammes
Les célibataires sont des enfants
Les célibataires sont caressants

M.T.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire