samedi 10 juillet 2010

Lucarne : La place libre

Impossible de lui donner un âge, quatre-vingts, quatre-vingt-dix ans, ce que l’on savait c’est qu’elle était très âgée. Le personnel de la maison de retraite s’était habitué à ce personnage qui, curieusement, chaque jour depuis plusieurs mois, venait s’installer sur le banc juste en face et restait là sans bouger durant des heures. Ce que le personnel ne savait pas c’est que les enfants de cette vieille dame avaient prévu, pour son confort, bien sûr, de la confier à cet établissement sitôt qu’une place se libérerait. Les places disponibles étaient très recherchées car dans la petite ville aux nombreuses personnes âgées il n’y avait que cette modeste institution.
La vieille dame, ainsi, attendait avec angoisse le jour où un corbillard sortirait par la grande grille du parc.
Dans un froid brouillard, un petit matin, l’on vit sortir la funeste voiture grise. Les « gentils » enfants, le lendemain, rapidement au courant de la place libérée, se précipitèrent pour lui faire découvrir son nouveau paradis !!!
Stupeur… Dans l’appartement, plus un meuble, plus de bibelots, plus de vêtements, juste un mot collé au mur:
- « Surtout ne me cherchez pas, j’ai vidé mon compte en banque, j’ai tout donné à Emmaüs, je suis partie au soleil, loin, très loin .»

M.T

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire