jeudi 29 avril 2010

Puzzle Autobiographique: Hammam

C’était au temps lointain où j’étais sportif, jeune et beau…ne souriez pas, je peux, si vous le désirez, donner des preuves par photos.
Un jour, entre deux dimanches de compétitions, en l’occurrence l’aviron, je me décidais à aller soumettre mon corps d’athlète (quoi…!) aux bienfaits d’une séance de sudation dans un hammam.
Je pratiquais déjà ce genre de détente dans un immense complexe sportif avec différents sortes de saunas et hammams de la rue des Rosiers au cœur de Paris, seulement cet établissement étant fermé pour cause de travaux, je demandais conseil à des copains durant un repas bien arrosé (re quoi ? on peut être sportif et aimer la bonne bouffe).
L’un d’eux me conseillât un établissement qu’il fréquentait dans le seizième arrondissement. Ok, un matin me voici en route pour le lieu de détente.
Devanture chic, accueil sympathique, cadre raffiné, un peu oriental, entrée embaumée de senteur d’eucalyptus, musique douce style hawaïenne.
Je règle. Un garçon en blouse blanche, derrière son comptoir me donne une serviette, une savonnette luxueuse et m’indique le trajet pour aller vers le vestiaire. Superbe le vestiaire : individuel, épaisse moquette rouge, tentures violines, petit coffre pour les objets précieux. La classe.
Une pancarte indique que la nudité est obligatoire. Un peu surpris mais, bon, me dis je, pourquoi pas …et puis déjà je fantasmais à l’idée d’entrevoir dans le smog bienfaiteur de blondes créatures de rêve me frôlant de leur corps ruisselant. Stop, je maîtrisais ma téméraire vidéo intérieure, mais surtout je me demandais quelle serait, à mon insu, une réaction inattendue de ma libido (un dessin ?).
Je sors du confortable vestiaire.
Tel Adam dans les allées de l’Eden, serviette autour de la taille, j’allais passer la porte qui menait au paradis de la détente quand je vis arriver le garçon de l’accueil .Essoufflé il me tend un espèce de petit sac avec cordelette…
- « Pour mettre autour du cou » me dit il.
-« Oui,…. Mais… qu’est ce ?» Demandais je étonné.
-« Et bien….c’est un préservatif… »
Moi, toujours connement baba…- «Un préservatif ? ». Etait ce un lieu d’échangistes ?
-« Vous savez il est utile de se protéger... »
Et d’une légère tape sur mon torse dénudé : -«…surtout ici... »
Et là, creux à l’estomac, un gros doute envahi mon esprit….doute de suite confirmé quand le bel éphèbe, éclatant sourire aux lèvres m’indique que cet établissement est réservé uniquement aux gays.
Embarrassé, gêné, je lui explique ma méprise et vite, sans demander mon reste je regagne le vestiaire protecteur pour recouvrir un corps dont les arrières innocents ont frôlés Waterloo.
Avec grande gentillesse, mais avec un tendre regard, le brave garçon, sans problème, m’a remboursé.

Mes amis, j’ai échappé aux mystères insondables des chaudes émanations eucalyptusiennes de ce lieu.
Sans partir dans des lointaines contrées, la vie est souvent aléatoirement risquée.
Quant au copain qui, par blague, m’a recommandé l’endroit, je puis vous dire qu’il entendu parlé du pays.


M.T   Image and video hosting by TinyPic

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire