vendredi 16 avril 2010

Douteuses Blagues : Trésor Public

Pour continuer dans la série de mes  élucubrations blago-stratophériques . Voir  "Les amoureux "Le journal" " jusquà "la Coiffeuse" voici .."Trésor Public" :
Après tout d’avoir la boule presque à zéro  ( voir "la coiffeuse")  ne m’a pas gêné car depuis que j’avais commencé mes douteuses blagues, le soleil n’avait pas encore faibli au dessus de la ville rose. Mes oreilles, ainsi, prenaient le frais.
En rentrant en fin de matinée après avoir, comme d’habitude, bullé à une terrasse, dans la boite aux lettres, un papier suspect : une convocation du trésor public. Je ne connais pas une personne qui n’a pas eu le palpitant qui s’est accéléré en voyant le nom de cette administration. Même si nous avons la conscience tranquille, notre subconscient, lui, distille le contraire !
Après une longue attente au milieu d’hommes et de femmes suants et transpirants plus par l’idée de la confrontation avec l’inspecteur des impôts que par la chaleur de l’été, je suis enfin introduit dans une triste pièce grise contrastant avec l’élégance outrancière de l’imposante inspectrice tassée derrière un bureau encombré de papiers.
En fait, la convocation portait sur l’éclaircissement d’une somme modeste : la prestation faite l’année dernière pour un tournage d’une publicité que j’avais malencontreusement oubliée de déclarer. Mais la sinuosité des rusés ordinateurs ayant fait leur travail, paf ! Convocation.
Je compris de suite que madame l’inspectrice, seins bloqués entre ses robustes bras, lèvres gourmandes humides, épaules de « rugbywomane » en avant ,chercherait plus à me sermonner plutôt qu’à m’infliger une amende.
Le petit démon à ce moment s’agite dans un coin de mon cerveau. Cette femme m’agaçant, je fis donc semblant durant l’interrogation de ne pas entendre. Simple, efficace.
-« Un coup de froid… » Dis je «…c’est comme une otite, je ne peux pas bien vous comprendre »
Un peu d’agacement chez ma sportive.
-« Peut être pourriez vous m’écrire le pourquoi de ma venue, mademoiselle ? »
Mademoiselle…mot magique.
Le « mademoiselle » semblait avoir fait mouche, car avec une délicate application de nounou, l’inspectrice, seins tremblotants, bracelets cliquetants, me notât d’une écriture d’écolière le grief de la convocation.
Je sortis un mouchoir que j’appliquais sur une de mes oreilles.
-« Vous êtes si aimable mademoiselle…c’est tellement difficile de pouvoir communiquer dans la souffrance »
Grâce à ma vraie fausse mauvaise volonté auditive et à mon mielleux compliment, l’entretien vite fut terminé. Je la senti frustrée de n’avoir pu me gronder comme un enfant indiscipliné. Elle fit en sorte qu’un mini redressement soit fait sur le prochain règlement.
En sortant, elle ne pu s’empêcher de me caresser la joue et de me dire d’un ton sensuellement abyssale.
-« Et ….surtout ne recommencé pas mon petit… »
-« Bien sur maman, pensais-je…. »
Cette blague n’est pas l’enmerdure du siècle, mais… j’ai eu ma divine portion de joie.

M.T. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire