jeudi 11 février 2010

Lucarne : Singapour mon amour


vieille Pictures, Images and PhotosMoi Roger,parole, ma femme s’appelle Ulla. Je la supporte depuis plus de trente années. En un mot comme en cent, je n’en puis plus tellement elle m’épuise, sans compter les blagues à deux balles des copains sur son prénom, prénom qui fait la fortune de certains sites érotiques.
En effet, obstinée, il n’y a pas une journée sans qu’elle ne me saoule par de perpétuelles envies qu’il me faut souvent, par fatigue, lui assouvir sous peine de scènes, de bouderies, de réflexions désobligeantes et même d’embargo sur la seule partie de son anatomie qui est encore acceptable : son minou, usé maintenant, mais qui avait son charme dans les premières années de notre mariage.
Donc voilà t’y pas que sa dernière lubie est de faire un voyage en Asie à Singapour ! Quoi? La Malaisie, j’en eus un malaise !Et pourquoi pas à Carcassonne, Vesoul ou Béthune, non, madame veut de l’exotisme, du lointain, de la baguette, de la chinoiserie, et tout ça, hein ? Après s’être baladé sur le Net et de tomber en extase sur un blog, celui d’une certaine Faust’in (entre nous, mimi la donzelle, pas comme ma femme) .
 Ouiii… la drôlesse avec morgue, étalait en long et en large son voyage, ses promenades, ses bouffes avec, incroyable !!! des photos tellement superbes que j’ai comme un doute, à savoir qu’elle les aurait piqué sur Flickr.
Re donc depuis cette découverte, ma femme, Ulla, ne pense qu’à caresser tous les perroquets de cette île, de cueillir ces sublimes fleurs paradisiaques, de se baguenauder dans les parcs enchanteurs, de faire du shoping dans des quartiers pittoresques et de goûter à la cuisine locale comme la soupe Bak Kut Teh, les brochettes de poulet, le Rendang.
Chaque matin la litanie est :-« Alors ce voyage à Singapour ? Ca vient ? ». Délicate l’Ulla !!!
Epuisé, exténué, lassé, usé, après un petit scotch derrière la cravate. Lumière !!! Je me décidais à agir. Et comme Brel avec Vierzon et Vesoul, je déclamais :
-« Tu veux Singapour ? La semaine prochaine, promis tu verras Singapour … »
Emue, sur le cul qu’elle fut l’Ulla.
Re re donc, le jeudi d’après, vers midi, elle, suante, les joues rouges, grosse valise en bout de bras, moi presque rien, nous prenons un taxi, un pote que j’avais briffer deux jours avant.
Passant par le centre de Paris (oui, détail, nous logeons place des Fêtes, près des Buttes Chaumont) le taxi stoppe devant un minuscule restaurant à l’enseigne évocatrice : « Singapour mon amour. »
Moi goguenard :
-« Ulla, mon amour, voilà nous sommes arrivé…contente ? »
La suite, Ulla hou la la, dans un premier temps ce fut « Hiroshima », mais pas mon amour, puis durant six mois « Le monde du Silence » pour enfin, bonheur pour moi, finir par « Divorce à l’Italienne ».


Merci Faustine.  Roger


Image and video hosting by TinyPic




PS:


J'ai hésité avec ce village...









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire