lundi 16 novembre 2009

Lucarnes: Terrasse


Encore une fois je me fais avoir en m’installant près d’une table où sirote tranquillement une mère de famille.
Tout comme la confiture attire mouches et fourmis, venues des quatre coins de la place, une, deux, puis trois, puis quatre mères arrivent avec leurs mômes, leurs poussettes, leurs cancans.
J’essaie vainement de lire mais, entre les recettes de cuisine, de tricots, les signes astrologiques, la diarrhée du dernier, les hurlements « maman j’veux d’l’eau ! », les pleurs, les chaises qui tombent… Je n’en peux plus et pars m’installer trois tables plus loin où, là, bien sûr m’attend, garé à deux mètres à peine, un énorme camion qui décharge sa livraison de boissons. Le moteur tourne, les bouteilles s’entrechoquent, des voitures impatientes klaxonnent. Le livreur, blasé, décontracté, lève un doigt.
Punaise, coincé entre la grouillante meute des mères et le camion, je n’ai plus qu’une solution : fuir... donc je fuis… 
D’autant plus qu’une sixième mère, mais oui, sourire bébé canin aux lèvres, arrive...
Je fuis donc.

M.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire